AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  WebringWebring  

Partagez | 
 

 Ygdrasill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ygdrasill
Infant
avatar

Féminin Nombre de messages : 113
Clan : Brujah
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Ygdrasill   Mar 11 Avr - 0:36

Prénom : Ygdrasill
Age Humain : 21 ans
Age Vampirique : à peu près 800 ans
Clan : Brujah
Génération : Primogène
Description physique: De taille moyenne, brune aux yeux marron et possédant un piercing au nez. Lorsqu’il lui arrive de sourire, c’est pour achever sa proie ou la laisser souffrir.
Caractère : C’est une brute cruelle qui fonce et qui réfléchit seulement après. Les seuls moments où il lui arrive de cogiter c’est lors des moments importants et quand elle est de bonne humeur face à une proie avec laquelle elle va s’amuser. Il lui arrive toute fois d’être douce mais seulement en privé….
But : Devenir la meilleur dans l’art de tuer et bien d’autres encore ….
Hobbit : S’amuser à découper « soigneusement » ses proies à l’aide de son arme favoris : la hache.
Aime : Le sang et Modos, sa hache. (secrètement, envoyer des baisers à sa grenouille)
Aime pas : Devoir être commander et avouer ses faiblesses.
BG (BackGround)* : (à venir, promis !!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ygdrasill
Infant
avatar

Féminin Nombre de messages : 113
Clan : Brujah
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Ygdrasill   Mer 6 Déc - 2:12

Souvenir lointain ….


Je courais droit devant moi, accablée par la chaleur du soleil en plein mois d’été. Je trébuchais sans cesse à cause des pierres et de la pente escarpée, le sable collant à ma peau trempée de sueur. Sentant la transpiration et la poussière, mon cœur battait à tout rompre sous l’excitation du moment. Quelques mèches s’échappaient du ruban qui les retenait, se collant à mon visage d’une façon négligée.

L’apparence, est alors….. ?

Mes pas étaient alourdis par la cote de mailles et par l’équipement que je portais pour me protéger des coups de mon assaillant. Un pas sur le coté, une révérence, un sourire, une main tendue, un mouvement de recul et encore un pas sur le coté et une révérence. Le combat est une véritable danse que j’apprenais avec plaisir mais surtout avec difficulté.

« Vite essoufflé et trop passionnée » …..

C’était mes défauts, ce qui m’empêchait de progresser d’avantage. Mon manque d’endurance et ma sensibilité étaient pitoyables aux yeux de mon précepteur, la preuve de ma faiblesse, la raison de mes échecs.

Un regard….

Mon père regardait à peine la scène, trop désabusé par ma piètre compétence. Aussi, lorsqu’il quitta le lieu de mon entraînement, j’eu tout juste le temps de baisser ma garde que, je reçu de plein fouet, un coup au visage.

La douleur ….

Aussitôt, je lâche mon arme et porte mes mains à mon visage, tombant à genoux, me retenant de hurler ma douleur. Mon père, le dos tourné, jeta un regard dur derrière son épaule, mes yeux rapidement captèrent la scène tandis que mon cœur semblait se serrer dans ma poitrine.

Courage …

Malgré la douleur qui semblait enflammer mon visage, je me redresse, reprenant mon arme, grimaçant légèrement et tremblant sur mes jambes encore frêle.

Un cri, un hurlement ….

Je lève mon arme au dessus de ma tête, ferme les yeux tout en laissant sortir ce cri qui restait coincé dans ma gorge, m’étouffant presque. Je fonce droit devant moi, sans technique, sans méthode de combat, juste déversant ma colère. Mon précepteur m’esquive, portant un coup à mon arme, me faisant trébucher à nouveau.

Pitoyable…

Je n’ose même pas regarder dans la direction de mon père, je sais déjà que j’ai échoué….


la suite à suivre, le temps de corriger -.-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ygdrasill
Infant
avatar

Féminin Nombre de messages : 113
Clan : Brujah
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Ygdrasill   Mer 27 Déc - 18:59

Un autre après midi ….

Je retire délicatement les gants en dentelles que je m’étais appliquée à concevoir quelques mois auparavant. Serrée dans mon corset, je respire par petite inspiration, le port fier et raide. Les yeux baissés sur le piano, je pris place sur le fauteuil, portant une attention toute particulière à chacun de mes mouvements afin de ne pas froisser ma robe ou pire, me prendre les pieds dans mes dessous trop longs. Avec grâce, je pose mes doigts sur les touches de l’instrument, de là, j’essaie de ne pas baisser le regard sur mes mains, de peur d’attirer l’attention sur ces dernières écorchées et abîmées par les entraînements.

Faire semblant …

Le visage respirant de jeunesse et arborant un sourire en coin charmeur. Je fixe les partitions en m’efforçant d’effacer cette impression intérieure de n’être qu’une parfaite idiote interprétant piètrement son rôle. Toutefois, je n’étais pas loin de la réalité.
Les premières notes résonnèrent dans la pièce, faisant écho à sa propre consonance. Et déjà, je croyais entendre les chuchotements de ma mère qui ne me quittait pas du regard, critiquant chacun de mes gestes. Au début de ma prestation, une bulle du plus fort métal me protégeait de cette sorcière à la langue de vipère, mais au fur et à mesure que je progressais dans mon exercice, ses chuchotements pourtant inaudibles à travers les notes de musique, semblaient résonner dans ma tête. Lentement, ma protection se fissurait, tombait en lambeaux de chair, me blessant plus qu’une éviscération aurait pu le faire.

Les poings serrés….

La dernière note marqua l’arrêt instantané des chuchotements de ma mère, la faisant enfin taire. Malgré ma retenue plus qu’exemplaire, mes mains ne semblèrent plus être sous mon contrôle, tremblant aux dessus du clavier. Je sentais mes doigts se crisper lentement, ramenant mes doigts abîmés contre mes paumes.
Je baisse le regard comme pour rappeler à l’ordre cette partie de moi qui semblait vouloir prendre le dessus sur mon caractère docile. Grimaçant légèrement en une inquiétude flagrante, je me ressaisi rapidement et avec grâce, je me redresse pour me tourner face à ma mère. Cette dernière n’avait pas manqué un seul instant de mon combat avec moi-même, l’air contrarié, elle fit claquer son éventail qu’elle ouvrit en un geste ferme, me faisant sursauter.
Elle quitta le salon dans un silence pesant qui arriva à m’étouffer plus que mon corset lui-même.

A la lumière d’une chandelle ….


Il était déjà bien tard et poussait par une envie pressante, je sors de mon lit bien chaud, livrant mon corps maigre et pale à la dureté du froid ambiant. Avec précaution, je rabats les rideaux de mon lit afin de pouvoir le retrouver aussi chaud et douillé qu’un nid d’oiseau.
Armée d’une chandelle, je passe devant la porte du salon, j’y entrevois à travers le pas de la porte, la lumière dansante de la cheminée, des voix s’élèvent mais avec précaution.
Poussée par la curiosité, je me rapproche d’avantage de cette porte, me baissant lentement pour voir à travers la serrure. Ne discernant que peu d’éléments, je tends une oreille attentive afin de déterminer le sujet de conversation. Il me semble reconnaître la voix de mon père, celle de ma mère et une voix inconnue très masculine. Mon regard semble soudain troublait par ce que j’entendais ou du moins, ce que je croyais comprendre. Il était question d’un arrangement fort onéreux par laquelle ma famille aurait joint ses terres et son petit domaine à celui d’une personne fortunée.

Pitoyable ….

Je n’eu pas le temps de me redresser que la porte s’ouvrit brutalement, me faisant apparaître devant mes parents et leur invité en une tenue très licencieuse…. Ma petite chemise de nuit blanche laissait entrevoir mes formes à la manière d’une fille d’auberge de mauvaise fréquentation. Aussitôt, je lève le regard sur l’homme près de moi, mes yeux reflétant la panique, sans me montrer d’avantage en spectacle, je m’élance dans l’ombre du couloir, lâchant ma chandelle au passage, plus honteuse que jamais. Quelques pas plus loin, je sens qu’on me retient en arrière, mon poignet saisi fermement m’empêche de m’échapper, je n’ai pas autre choix que de me laisser faire. Contrairement à ce que je m’attendais, la personne m’entraîna vers ma chambre, à sa démarche lourde et pesante, je reconnu ma mère.

Pris au piège …

Pour faire connaissance avec mon futur mari, je fus invitée à un bal donné à notre honneur. C’est à contre cœur que j’ai enfilé ma robe du dimanche, attribut de fête et d’évènement important. Comprimée par un corsage en soie et en dentelles, je sens ma taille devenir celle d’une guêpe, la dernière mode exigeant de découvrir les épaules et le décolleté, ce que je fis volontiers, me permis de respirer un peu mieux que de coutume.
C’est paré comme une femme de mon rang que je me suis présentée à la réception, regardant humblement les gens venus se présenter à moi. Ma mère étant présente, jouant de son charisme écrasant pour faire de nouvelles connaissances qui pourraient s’avérer utile en moment de crise. Blasée intérieurement par une telle précaution, je progresse dans la foule, un sourire en coin, le mieux que je puisse faire. Il ne m’en faut peu pour me sentir étouffer par de tant de cérémonies et de politesses excessives, m’ennuyant plus que la décence le permet, je me mets à chercher activement mon futur mari afin d’accomplir ce pourquoi j’étais venue.
C’est en m’éclipsant discrètement qu’une voix mielleuse m’interpella.
« Ma douceur, venez donc par ici que je vous présente à votre futur époux. »

Pathétique …

Grimaçant sous de tel propos, je pousse un rapide soupir pour me retourner avec grâce et charme déployés afin de plaire à la personne qu’avaient choisi mes parents.
Mon regard tomba et resta fixé sur un domestique proposant quelques verres aux convives de ses maîtres. Ma mère eue beau déverser toutes les belles paroles qu’elle avait en réserve, mon esprit sembla bloqué sur cette personne intrigante qui disparue dans la foule.
Sortie de mon égarement, je tourne un regard confus vers le jeune homme se trouvant face à moi et rapprochant ma main de son visage tout en me souriant. Il effleura sa joue contre le revers de ma main gantelée tout en se présentant.

Du temps, oui beaucoup ….


Il ne fallut peu de temps à nos parents pour nous marier convenablement, invitant tant de personnes que je ne me souvenais pas que la région comptait autant de noble et de bourgeois. Le soir venu, ma mère m’encouragea jusqu’à la porte de ma chambre pour consommer le mariage rapidement, me donnant de multiples conseils de séduction que j’écoutais d’une oreille, très angoissée par la situation. Pour l’époque, un mariage non consommé permettait de revenir sur sa décision et donc, d’annuler les épousailles, ce qui n’était pas de bonne augure pour mes parents, plus soucieux de l’honneur de la famille que le bonheur de leur fille.
C’est gelée jusqu’aux os que je mis les pieds dans la chambre, fermant doucement la porte derrière moi. Un peu gênée, je m’avance vers le lit tandis que mon époux était déjà en train de se mettre en vêtement de nuit. Je le regarde discrètement, scrutant chacun de ses gestes avec curiosité, ne sachant que peu de chose sur cet individu.
Il était grand, les cheveux d’ébène ondulant sur sa nuque, des yeux gris, un visage fin et un corps élancé légèrement musclé qui émanait une élégance et une grâce que je ne pouvais posséder. Ce dernier se glissa sous la couverture, prenant bien soin de ne pas me toucher, se tournant directement, me faisant dos. Surprise, moi qui était assise sous la couette, je ne pu que baisser un visage interrogatif et hausser un sourcil tant la situation me paru étrange. Mon époux était, semblait il, aussi gêné que moi. Tout deux sachions ce que nous devions faire pourtant, nous n’étions encore que des enfants inexpérimentés. Ne sachant que faire, je me laisse glisser dans la couette, tentant de me réchauffer tant bien que mal tout en me répétant que mon mari ne devait avoir aucune idée de comment m’aborder. Riant intérieurement, je me tourne de mon coté, contente de ne pas avoir à céder au caprice de ma mère...


à suivre ....... -.- si j'arrive à me relire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ygdrasill   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ygdrasill
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentation-
Sauter vers: